France : la sénatrice Catherine Procaccia défend l'huile de palme

in the category Press review

Objet de débats en Occident, en raison d’une prétendue nocivité, l’huile de palme reçoit le soutien de Catherine Procaccia, sénatrice du Val-de-Marne, qui dénonce la campagne de dénigrement que subit cette huile.

Dans une interview accordée à  l’Institut de Recherche Clinique (IRC), l’officielle qui est aussi membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), déclare que la croisade lancée contre cette huile risque de se révéler à terme, préjudiciable à la France : «Les oukases lancés par les politiques commencent à exaspérer les pays producteurs. Ils risquent de ne plus faire appel à des entreprises françaises et de boycotter certains de nos produits importés».

La sénatrice explique que des études scientifiques ont prouvé que l’huile de palme n’était pas dangereuse pour la santé. Aussi, le dénigrement dont elle est l’objet tient plus du désir d’en faire un bouc émissaire que d’un réel souci de la santé du consommateur.  « C’est bien plus vendeur de faire peur que de dire qu’il s’agit d’un faux débat » affirme Catherine Procaccia pour expliquer la position de ces ‘croisées’.

S’exprimant sur la vogue de l’étiquetage ‘Sans huile de palme’, elle déclare : « Je pense qu’il faut sanctionner les distributeurs et les industriels qui surfent sur la vague du ‘sans huile de palme’ et qui en font un message publicitaire.»

Il faut remarquer ces déclarations de la sénatrice française interviennent peu après l’envoi d’une lettre par le think thank nigérian Initiative for Public Policy Analysis (IPPA) au groupe belge Delhaize pour dénoncer sa décision de rendre publique l’absence d’huile de palme d’une de ses pâtes à tartiner.

Pour rappel, l'Association interprofessionnelle des producteurs d'huile de palme de Côte d’Ivoire (AIPH) avait déjà obtenu la condamnation des Magasins System U en 2012 pour cette meme raison.

Lire l'article original

  • Find us on: