On parle beaucoup d’accaparement des terres, comment le Groupe Socfin indemnise-t-il les villageois déplacés ?

Dans la catégorie Accaparement des terres .

Tout d’abord, il convient de préciser que le Groupe Socfin n’« accapare » pas les terres des villageois ; on nous la propose ou on la demande quand des missions exploratoires ont  démontré la faisabilité économique, environnementale et sociale.

Dans tous nos développements, la densité de la population est un critère déterminant. Quand cette densité est trop forte, les impacts sociaux sont tellement importants que le Groupe Socfin ne poursuit pas la prospection ou décline l’offre, selon le cas.

Le Groupe Socfin ne loue ni n’achète les terres aux villageois. Toutes les transactions foncières se font avec l’Etat qui possède les terres de manière légale. L’occupation des terres se fait généralement sur base de baux emphytéotiques de 25 ou de 99 ans selon les législations locales. L’acquisition en pleine propriété reste une exception.

Par contre, nous sommes bien conscients que ces terres, bien qu’appartenant à l’Etat, sont utilisées par les villageois et qu’ils peuvent se prévaloir d’un certain droit traditionnel, non écrit.

Ainsi nous proposons généralement aux villageois plusieurs choix d’indemnisation, selon les circonstances locales : soit une indemnisation financière pour la perte de l’usage des terres ou la perte de leurs plantations existantes, et ce, conformément aux lois locales ; soit, une réinstallation sur une autre parcelle de terre à l’intérieur de la concession, à nos frais; soit, les villageois peuvent rester sur leurs terres et y disposer d’un « espace vital » pour continuer à y cultiver leurs cultures traditionnelles et vivrières.

En tout état de cause, le choix du villageois est toujours libre, et basé sur une information préalable, complète et conforme à la réalité.


Autres questions dans cette catégorie


Retour aux FAQ

  • Find us on: