LAC

Au Libéria, la plantation de LAC (Liberian Agricultural Company) est aujourd’hui un exemple de projet de développement durable post-conflit. Et cela malgré les soubresauts économiques et les événements politiques que le pays a connus. À cet égard, voici un peu d’histoire…

La concession de LAC est créée par le gouvernement en 1959 et rachetée ultérieurement par Uniroyal. Dès 1961, l’entreprise y développe une plantation d’hévéas de 7 000 hectares.

Durant les années 1980, les cours du caoutchouc sont bas et les investissements sociaux et administratifs sont insuffisants. Surviennent ensuite les guerres civiles des années 1990 et début 2000, qui marquent l’anéantissement de l’industrie du caoutchouc. Ces guerres se sont également traduites par une perte des connaissances techniques de l’hévéaculture, qui a touché de nombreux Libériens (50 % d’entre eux se consacraient à l’agriculture avant les guerres civiles).

En 1998, à la demande des bailleurs de fonds (la Banque Mondiale et l’Agence Française de Développement), Socfin s’investit dans la réhabilitation de la plantation de LAC. Celle-ci se trouve alors dans un état de délabrement total tant au niveau de l’outil de production que des champs.

Des efforts énormes sont entrepris pour relancer la plantation. La priorité est donnée aux infrastructures sociales : maisons, écoles et hôpitaux. Puis l’usine est reconstruite et de nouveaux bâtiments administratifs sont érigés. Les parcelles détruites durant la guerre sont replantées et des extensions sont réalisées jusqu’en 2007. Depuis, une replantation des parcelles vieillissantes a été lancée pour rajeunir la plantation et en améliorer la productivité sans incidence sur l’environnement.

À l’heure actuelle, l’hévéaculture est la principale culture d'exportation du Libéria, et LAC est le 2ème producteur du pays avec un volume de plus de 15 000 tonnes par an.

Vu l’instabilité permanente du Libéria, peu d’investisseurs étrangers sautent le pas et s’y installent. Pourtant, depuis la reprise des activités agricoles, la plantation est un des acteurs économiques majeurs du pays.

Aujourd’hui, plus de 30 000 personnes dépendent directement des activités de la Liberian Agricultural Company et ont vu leurs conditions de vie s’améliorer de diverses manières :
- emploi dans la plantation ;
- revenus permanents pour plus de 5 200 personnes ;
- écoles ;
- hôpital desservant toute la région ;
- perfectionnement de la formation professionnelle, etc.

Enfin, l’outil de production de LAC est certifié ISO 9001 depuis 2009.



L’outil de production de LAC est certifié ISO 9001 depuis 2009. Vu l’absence de réseau électrique dans la région, la problém…

En savoir plus

Depuis ses débuts, la société LAC a toujours été animée par une vision de développement durable qui l’a poussée à investir dan…

En savoir plus

LAC news

  • Find us on: