PSG

Le développement de la culture de rente au Ghana est envisagé comme une opportunité et une ressource nécessaire pour son avenir.

En 1990, dans la région de Daboase, le gouvernement ghanéen cède 23 500 hectares à SIPL, société subventionnée par la Banque Mondiale, en vue d’installer une plantation nécessaire à la création d’une usine de pâte à papier. Des investissements importants sont réalisés, 5 000 hectares d’arbres sont plantés (acacias et gmelinas), des routes et des infrastructures sont également construites. Cependant, par manque de financement et de revenus, le projet n’aboutit pas et est abandonné.

Le gouvernement décide alors de privatiser la plantation, ce qui incite Socfin à investir au Ghana en 2012. L’action du Groupe ne se limite pas aux plantations : il rénove ou construit notamment des logements, des infrastructures sociales, des bureaux, des infrastructures médicales et des commerces.

Tout d’abord, l’objectif visé par la plantation de PSG est la mise en valeur de 6 000 hectares de palmiers, suivis de 5 000 hectares d’hévéas. La plantation de palmiers à huile et d’hévéas sera limitée à 13 000 hectares sur les 18 880 hectares de concession afin de préserver l’environnement naturel de la zone. En outre, 1 000 hectares de palmeraies – situées à Manso, à 7 km de Daboase – sont intégrés au projet.

La seconde phase du projet englobe la construction d’une huilerie et d’une usine de caoutchouc, respectivement prévue pour 2018 et 2020.

À ce jour, les effets des investissements et l’offre d’emploi créée ont drastiquement changé le paysage de la région de Daboase. À titre d’exemple, plus de 1 200 Ghanéens ont retrouvés une source de revenus stables depuis la relance du projet.


PSG en développement a décidé de limiter les plantations à 69 % de sa concession afin de préserver la faune et la flore de la …

En savoir plus

PSG s’intègre à son environnement local en soutenant l’éducation des jeunes de la région. En effet, jeune projet voué à grandi…

En savoir plus

PSG news

  • Find us on: