Cambodge

Au début du siècle, le Cambodge acquiert une vive notoriété dans l’univers des planteurs en raison de la couleur rouge de sa terre. Plus tard, le développement de plantations d’hévéas lui vaut rapidement la dénomination de « pays du caoutchouc », matière première également connue sous l’expression d’« or blanc ».

En 1993, après des décennies d’isolement et de ravages causés par les guerres civiles, la nation est réunie sous l’étendard de la monarchie. Le Cambodge connaît alors un développement économique sans précédent et enregistre la plus forte croissance économique de l’Asie du Sud-Est. Cet essor est essentiellement dû à l’industrie textile, au tourisme ainsi qu’aux dons internationaux. Parallèlement, le pays se spécialise dans la pêche, l’exploitation forestière et l’agriculture, secteur qui occupe aujourd’hui encore près de 58 % de la population active.

  • Caoutchouc (hévéaculture)

Malgré les conflits, l’hévéaculture a conservé toute sa splendeur à travers les décennies. En 2013, le Cambodge a produit pas moins de 75 000 tonnes de caoutchouc et les prévisions annoncent 100 000 tonnes pour 2015.

Ces dernières années, le dynamisme reconnu de la filière du caoutchouc s’est quelque peu essoufflé en raison de la baisse de son cours à l’échelle mondiale. Les exportations affichent néanmoins une croissance régulière pour deux raisons :
- de vastes superficies ont été plantées ces dernières années ;
- les arbres ont atteint leur maturité au fil des ans.

Réel moteur de développement des zones reculées, l’hévéaculture permet aussi la production d’une énergie verte pure : le caoutchouc naturel peut substituer le caoutchouc synthétique (issu de la distillation du pétrole) et constitue un puits de carbone considérable.


Cambodge news

  • Find us on: