Indonésie

Avec plus d’un siècle d’expérience dans le secteur agricole, l’Indonésie – le pays aux plus de 13 000 îles – est le premier producteur mondial d’huile de palme et le deuxième de caoutchouc.

Étant donné que l’Indonésie regorge de ressources à la fois renouvelables (produits agricoles) et non renouvelables (mines et minéraux), la mise en œuvre d’une gestion à long terme de ces ressources est un impératif.

L’agriculture a joué un rôle majeur dans le développement du pays et est, depuis des siècles, le pôle économique le plus créateur d’emplois. L’Indonésie présente actuellement un excédent de production sur le marché national de l’huile de palme et du caoutchouc, et est un important exportateur de matières premières.

  • Huile de palme

La culture du palmier à huile est depuis longtemps une activité traditionnelle en Indonésie.

Aujourd’hui, les superficies de palmeraies sont exploitées comme suit :
- environ 60 % par des agro-industries
- 40 % par de petits planteurs

Cette répartition – plutôt surprenante – s’explique par la mise en application du « Programme Plasma » visant à soutenir les planteurs villageois.
« Les nouveaux grands projets de plantations industrielles (Inti) ont l’obligation de développer, avec le soutien financier de l‘État et en parallèle de leurs palmeraies, des plantations de palmiers à huile dédiées aux communautés locales. L’agro-industrie, détentrice de la technicité et de moyens matériels et financiers permettant de réelles économies d’échelles, est responsable de la mise en place de la plantation « plasma » : de la pépinière à la maturité des palmiers, ce qui dure approximativement 3 ans. Ensuite, dès les palmiers à maturité, la palmeraie est cédée aux communautés villageoises qui récoltent et gèrent leur parcelle. Enfin, la vente des récoltes (fruits) leur permet de rembourser à l’agro-industrie les investissements préalablement réalisés. »

En Indonésie, l’huile de palme est destinée principalement à l’industrie alimentaire et à l’exportation. Considéré comme un des précurseurs dans la mise en œuvre des principes et critères RSPO, l’archipel compte à ce jour 898 915 hectares de plantations de palmiers à huile certifiées RSPO.

  • Caoutchouc (hévéaculture)

La production de caoutchouc indonésienne est principalement issue de plantations villageoises (85 %). Moins de 7 % proviennent, quant à eux, des agro-industries et un peu plus de 8 % des entreprises parapubliques. Par ailleurs, une part non négligeable du caoutchouc est revendue au niveau local. Ces deux caractéristiques distinguent totalement l’hévéaculture indonésienne de celle de ses homologues africains.

Réel moteur de développement des zones reculées, l’hévéaculture représente aussi une production d’énergie verte pure : le caoutchouc naturel se substitue au caoutchouc synthétique (issu de la distillation du pétrole) et constitue un puits de carbone considérable.


Indonésie news

  • Find us on: