16,9
Millions d’habitants
18 103 500 ha
Superficie du pays

Cambodge

Au début du siècle, le Cambodge acquiert une vive notoriété dans l’univers des planteurs en raison de la couleur rouge de sa terre. Plus tard, le développement de plantations d’hévéas lui vaut rapidement la dénomination de « pays du caoutchouc », matière première également connue sous l’expression « d’or blanc ».

En 1993, après des décennies d’isolement et de ravages causés par les guerres civiles, la nation est réunie sous l’étendard de la monarchie. Le Cambodge connaît alors un développement économique sans précédent et enregistre la plus forte croissance économique de l’Asie du Sud-Est. Cet essor est essentiellement dû à l’industrie textile, au tourisme ainsi qu’aux dons internationaux. Parallèlement, le pays se spécialise dans la pêche, l’exploitation forestière et l’agriculture, secteur qui occupe aujourd’hui encore près de 35% de la population active.

  • Caoutchouc (hévéaculture)

Malgré les conflits, l’hévéaculture a conservé toute sa splendeur à travers les décennies. En 2019, le Cambodge a produit pas moins de 276 000 tonnes de caoutchouc.

Ces dernières années, le dynamisme reconnu de la filière du caoutchouc s’est quelque peu essoufflé en raison de la baisse de son cours à l’échelle mondiale. Les exportations affichent néanmoins une croissance régulière pour deux raisons :

  • de vastes superficies ont été plantées ces dernières années ;

  • les arbres ont atteint leur maturité au fil des ans.

Réel moteur de développement des zones reculées, l’hévéaculture permet aussi la production d’une énergie verte pure : le caoutchouc naturel peut substituer le caoutchouc synthétique (issu de la distillation du pétrole) et constitue un puits de carbone considérable.

Le peuple autochtone Phnong

97,6% de la population au Cambodge est khmère. Le solde est composé de différents groupes indigènes parmi lesquels les Phnongs principalement présents dans la province de Mondulkiri.

Leur culture est riche en mythes, chansons, histoires et traditions liés à la nature, elle est transmise oralement. Les Phnongs ont traditionnellement un lien étroit avec leur environnement naturel pour la collecte de leur nourriture et d’autres produits non alimentaires. Ils pratiquent une agriculture itinérante sur brûlis.

La principale menace pour leur culture est probablement la domination de la culture khmère, qui peut mener à terme à une complète acculturation.

Population de la commune de Bousra - Province de Mondulkiri.

Mondulkiri est la province la plus grande et la moins peuplée du Cambodge. La commune de Bousra, où est implanté le Groupe compte 7 villages traditionnels Phnongs (1 500 familles). Il n’est cependant pas facile d’obtenir des données officielles sur la proportion de familles Phnongs de cette population.

Socfin-KCD et Coviphama souhaitent jouer un rôle clé pour la protection et la promotion de la culture Phnong ainsi que pour l’amélioration du dialogue entre la communauté et les différents acteurs locaux.

Dès le début des activités du Groupe au Cambodge et afin de faciliter le dialogue et d’assurer la pérennité des traditions, une administration Phnong (4) a été mise en place.

L’identité culturelle des Phnongs repose notamment sur la préservation de leurs forêts sacrées et de leurs cimetières. Ces lieux sont répartis dans les concessions et plusieurs mesures ont été prises pour identifier et préserver ces sites culturellement importants (coopération entre l’administration Phnong de l’entreprise et les représentants locaux).

Aujourd’hui, la plantation protège plus de 350 hectares de terres pour ces lieux sacrés.