4 577 ha
Superficie plantée
2 034 T
Production de caoutchouc
1 381
Emplois directs et indirects

SRC

Au Libéria, la plantation de Salala Rubber Corporation constitue un modèle de partenariat avec les planteurs villageois.

La plantation de Salala Rubber Corporation (SRC) voit le jour en 1959 et l’usine de Weala Rubber Company (WRC) entre en activité en 1962. Cependant, les guerres civiles des années 1990 et début 2000 sonnent le glas de l’industrie du caoutchouc : la société SRC est pillée et l’usine de WRC détruite.

En 2007, Agrifinal opère une fusion entre l’usine de Weala et la plantation de Salala. Ensuite, le Groupe Socfin fait l’acquisition de Salala Rubber Corporation (SRC) et entreprend des investissements afin d’optimiser la plantation et d’améliorer les infrastructures sociales (maisons, écoles, dispensaires, etc.).

SRC s’approvisionne en caoutchouc au sein de sa propre plantation, mais aussi auprès des planteurs villageois des environs. Malheureusement depuis 2011, la matière première fournie par les planteurs villageois additionnée à celle de la plantation de Salala ne suffit plus pour faire tourner l’outil de production de Weala. Dès lors, l’usine est mise à l’arrêt et l’ensemble de cette production est acheminé vers l’usine de LAC à 150 km au sud-est de Salala. Depuis, les plantations ont été étendues pour atteindre 4 500 hectares d’hévéas matures.

Comme les exportations du Libéria reposent presque totalement sur le caoutchouc, de nombreux planteurs tentent de restaurer leurs plantations afin de relancer la filière de l’hévéa.

L’outil de production de la Salala Rubber Corporation (SRC) est certifié ISO 9001 depuis 2011 et la plantation est certifiée ISO 14001 depuis 2015.

Et depuis 2008, SRC est également un partenaire homologué par la Banque Mondiale pour le respect des normes environnementales internationales.

Dans le prolongement de sa vision de développement durable, SRC participe à des partenariats « publics-privés ». Il s’agit d’une initiative enrichissante pour les partenaires. En effet, elle leur permet de créer une synergie des compétences, une démarche qui était difficilement envisageable auparavant.

L’IFC, filiale de la Banque mondiale, a soutenu SRC en cofinançant les investissements sociaux réalisés sur les plantations en matière de santé (VIH/SIDA) et d’éducation. Aujourd’hui, ses infrastructures et équipements médicaux modernes – hôpital, ambulances, etc. – ainsi que son équipe médicale sont en mesure d’accueillir toute la population de la région, à savoir quelque 10 000 personnes.

Convaincue que le développement de la région passe par la formation des jeunes, SRC a entrepris la construction de bâtiments et d’équipements scolaires : écoles, bibliothèques, bus scolaires, salles de classe, espaces de loisirs, etc.

Enfin, pour favoriser une dynamique au sein de l’entreprise, une station de radio locale a été créée. Diffusée dans la totalité de la plantation, la station propose animations, divertissements, émissions interactives, etc.

Gestion responsable

Le développement à long terme des communautés de la région de SRC passe par la création d’un tissu économique local.

Le partenariat créé avec les planteurs villageois – combiné aux possibilités d’emploi et à l’assurance d’un revenu permanent qui en découlent – assure un développement durable des communautés locales : formation aux techniques de l’hévéaculture, achat du caoutchouc assurant un revenu permanent au planteur, support technique et logistique pour l’acheminement de la production, entretien des routes essentielles à l’activité économique de la région, etc.